TRIBUNAL CANTONAL

COUR DE DROIT ADMINISTRATIF ET PUBLIC

 

Arrêt du 15 novembre 2019

Composition

M. Stéphane Parrone, président; Mme Imogen Billotte, juge; Mme Pascale Fassbind-de Weck, assesseure; M. Matthieu Sartoretti, greffier.

 

Recourant

 

A.________ à ******** représenté par Me Jean-Claude Perroud, avocat à Lausanne,

  

 

Autorités intimées

1.

Département du territoire et de l’environnement (DTE),  représenté par le Service du développement territorial (SDT), à Lausanne,

 

2.

Conseil communal de Gryon, à Gryon,

 

  

 

Objet

Plan d'affectation

 

Recours A.________ contre la décision du Conseil communal de Gryon du 31 octobre 2016 adoptant la modification du plan d'extension communal et du plan d'extension partiel "Les Verneys" et la décision du Département du territoire et de l'environnement du 9 janvier 2018 approuvant préalablement cette modification

 

Vu les faits suivants:

A.                     A.________ est propriétaire de la parcelle no 785 sise sur le territoire communal de la Commune de Gryon (ci-après: la commune) et colloquée en zone de chalets A selon le plan d'extension communal du 6 mai 1983 (ci-après: le PEC) et le règlement communal sur le plan d'extension et la police des constructions du
20 mars 1987 (ci-après: le RPEC).

Cette parcelle s'étend sur une surface de 6'528 m2. Elle supporte un bâtiment d'habitation cadastré d'une surface au sol de 51 m2 (bâtiment ECA no 424), le solde étant en nature de champ, pré, pâturage pour 2'851 m2 et de forêt pour 3'626 m2. La parcelle est délimitée au nord par la route de Solalex (DP 1064), à l'est par le DP 1072 sur lequel coule la rivière d'Aiguerosse et au sud par les parcelles non construites nos 3393 et 3414 dont les surfaces adjacentes à la parcelle no 785 sont recouvertes de forêt. À l'ouest, la propriété de A.________ est circonscrite par les parcelles nos 786 et 3102, également colloquées en zone de chalets A et qui supportent chacune une habitation. A l'exception d'un risque d'inondations faible à moyen sur une partie de la parcelle no 785, cette dernière n'est pas soumise à des dangers naturels.

Selon le Guichet cartographique cantonal (accessible sur la page Internet: https://www.geo.vd.ch) et le Guichet cartographique communal (accessible à la page Internet: https://gryon.geocommunes.ch), la parcelle no 785 se trouve à 150 m d'un arrêt de bus et d'un parking public situés plus à l'est sur la route de Solalex. Une distance d'environ 1,5 km la sépare de la gare ferroviaire de la Barboleuse.

B.                     En 2008, la commune a initié l'élaboration d'un plan directeur communal (ci-après: le PDCom), qu'elle a soumis au Service du développement territorial (ci-après: le SDT) en 2010. Dans son rapport d'examen préalable du 8 novembre 2010, ce dernier a exigé de "mieux tenir compte de la stratégie du PDCn ' Coordonner mobilité, urbanisation et environnement ' et en particulier des mesures A12 et B12 de cette stratégie". Sur la base d'une proposition du SDT et de divers critères issus de l'avant-projet de PDCom, le périmètre de centre de la commune a été délimité et approuvé par le SDT le 11 mai 2011. La parcelle no 785 n'en fait pas partie.

C.                     Suite à l'acceptation par le peuple de la Lex Weber le 11 mars 2012, l'entrée en vigueur le 1er janvier 2016 de la loi fédérale du 20 mars 2015 sur les résidences secondaires (LRS; RS 702), ainsi que la modification de la loi fédérale du 22 juin 1979 sur l'aménagement du territoire (LAT; RS 700), en vigueur depuis le 1er mai 2014, la commune a décidé de réexaminer sa planification pour la rendre conforme aux nouvelles exigences applicables. Elle a parallèlement suspendu la procédure d'élaboration de son PDCom en raison des nouveaux enjeux apparus dans l'intervalle en matière d'aménagement du territoire.

D.                     Dans le but d'encourager le redimensionnement des zones à bâtir, l'Etat de Vaud a, par l'entremise de la cheffe du Département du territoire et de l’environnement (ci-après: le DTE), proposé une Convention aux communes de Château-d'Oex, Gryon, Leysin, Ollon, Ormont-Dessous, Rossinière et Rougemont, "concernant le versement d'un bonus LAT au bénéfice des projets 'enneigement et remontées mécaniques Alpes vaudoises 2020' " (ci-après: la convention). En substance, cette convention prévoyait une augmentation comprise entre 10% et 20% de la subvention étatique pour les projets précités pour autant que les communes entreprennent immédiatement les démarches nécessaires au redimensionnement de leurs zones à bâtir. Elles devaient en outre s'engager à adopter, dans un délai échéant le 15 novembre 2016, un plan d'affectation restituant à la zone agricole des parcelles représentant au minimum 30% – soit 18 ha pour la Commune de Gryon – de leurs surdimensionnements respectifs hors périmètre de centre. Les surfaces ainsi restituées à la zone agricole permettraient au canton de compenser des nouvelles zones à bâtir pour des projets d'importance cantonale.

La démarche prévue dans la convention était divisée en deux étapes majeures: la modification partielle de la planification communale afin d'assurer le respect des conditions précitées et garantir ainsi l'acquisition du bonus LAT (1); la révision complète de la planification communale pour assurer sa compatibilité avec le droit supérieur s'agissant du dimensionnement de la zone à bâtir (2).

Le 3 mai 2016, la Municipalité de Gryon (ci-après: la municipalité) a signé cette convention.

E.                     Sur la base du document intitulé "Lignes directrices à l'intention des communes vaudoises – Redimensionnement des zones à bâtir – Pour une meilleure qualité de vie" (ci-après: les lignes directrices), édité par le DTE en octobre 2015, le bureau B.________, mandaté par la municipalité, a élaboré en mars 2016 une "Vision communale" en vue du redimensionnement de la zone à bâtir de la commune.

Cette "Vision communale" rappelait notamment les procédures en cours (ch. 1.1) et établissait le bilan des réserves en zone à bâtir (ch. 1.2). Sur la base des lignes directrices, le besoin hors centre était évalué à 98 habitants (1% par an sur 15 ans à compter de 2015), alors que la capacité d'accueil était de 3'668 habitants, soit un facteur de surdimensionnement ou facteur de croissance de 25.81. Traduite en surface brute de plancher (SBP), la capacité autorisée était ainsi de 4'900 m2. Par conséquent, la démarche de redimensionnement (ch. 1.3) arrêtée conjointement avec le SDT était la suivante:

" 1     établir et exprimer une 'vision communale' à 15 ans

   2     proposer les 'dézonages les plus évidents (extérieur du territoire urbanisé)'

   3     Réfléchir au 'potentiel à l'intérieur du territoire urbanisé'."

Le paysage était présenté comme un enjeu majeur dans le PDCom en cours d'élaboration, ce qui impliquait de fonder la "Vision communale" sur cette analyse paysagère (ch. 2.2). Par conséquent, l'aire forestière à proximité et sur la parcelle no 785 était répertoriée comme "Pénétrante forestière structurante" dans la "Vision communale".

Le processus de redimensionnement de la zone à bâtir (ch. 3) intégrait une réflexion sur l'aire forestière, établissait la liste des critères pour procéder au redimensionnement (ch. 3.2) et précisait les étapes de celui-ci (ch. 3.3).

S'agissant de l'aire forestière, la "Vision communale" indiquait ce qui suit (ch. 3.1):

" Le diagnostic du PDCom a d'ores et déjà identifié, sur la base de la mise à jour des SAU [surfaces agricoles utiles] (2008), l'importante progression de la forêt. Un certain nombre de levés de lisières seront nécessaires pour clarifier l'emprise de cette progression sur la zone à bâtir.

Les démarches engagées par la commune dans ce sens ont toutefois été suspendues actuellement, pour ne pas effectuer un travail inutile sur des secteurs qui seraient ultérieurement déclassés pour d'autres motifs.

[Une carte du territoire communal figure à cet endroit dans la 'Vision communale', qui représente l'aire forestière selon le plan des zones légalisé en 1967 et mis à jour en 1982, le constat réalisé en 2007 dans le cadre du plan partiel d'affectation des Hauts de Gryon et hors du périmètre dudit plan, ainsi que selon l'actualisation de l'aire forestière par l'Office de l'information sur le territoire (OIT) dans le cadre de la mise à jour des SAU en 2008.]

Les documents disponibles permettent d'estimer la surface concernée par cette progression à environ 17 hectares, qui seront de fait retranchés de la zone à bâtir.

[Une carte d'une partie du territoire communal figure à cet endroit dans la 'Vision communale', qui représente l'emprise de la forêt sur la zone à bâtir, soit notamment sur la parcelle du recourant.]

La justification et les critères retenus pour remédier au surdimensionnement étaient les suivants (ch. 3.2):

" Dès 2010, la municipalité entame une réflexion sur le redimensionnement de la zone à bâtir, sur la base du rapport d'examen préalable du SDT (08.11.2010), qui demandait d'établir une liste de critères 'permettant de fixer, à Gryon, les priorités lors du redimensionnement de la zone à bâtir'.

Les critères retenus sont :

a.  terrains situés en marge de l'urbanisation / terrains présentant des qualités ou appartenant à une entité paysagère à préserver

b.  terrains éloignés du centre et du réseau TI

c.  terrains présentant des difficultés d'accès TC

d.  terrains couverts par la zone de danger élevé

e.  terrains attenants à une zone naturelle protégée

f.   terrains non équipés ou partiellement équipés (AEE 2003)

g.  terrains avec forte pente

Cette liste de critères élaborée dès 2010 permet alors de localiser schématiquement les régions concernées (6 régions en jaune ci-dessous), situées généralement hors du périmètre de centre et en marge du territoire urbanisé.

Dès 2015 ces régions pressenties sont reprises une à une sur la base des exigences légales précisées et selon le processus proposé par les lignes directrices du SDT. La municipalité précise ainsi le contour d'une vingtaine de secteurs (entourés en noir ci-dessous) [dont la parcelle no 785 fait notamment partie].

[Une carte du territoire communal qui mentionne les régions et secteurs propices à un redimensionnement figure à cet endroit dans la 'Vision communale'.]

Les secteurs sont 'superposés' à la carte du paysage (vision communale), et reconsidérés critère par critère à la page suivante.

[…]

[Sur la page suivante les critères a à f sont détaillés et traduits sous forme de plans.]

a.     Terrains situés en marge de l'urbanisation / présentant des qualités ou appartenant à une entité paysagère à préserver

L'ensemble des secteurs est situé en marge de l'urbanisation, la plupart non bâtis voire très peu bâtis. Ils sont traversés ou attenantes [sic] aux entités paysagères (forêts ou pâturages) identifiées comme majeures.

b.     Terrains éloignés du centre et du réseau TI

Aucun des secteurs n'est directement desservi par la route cantonale et ils regroupent des parcelles majoritairement localisées en deuxième rang par rapport au réseau secondaire.

c.     Terrains présentant des difficultés d'accès TC

Les secteurs identifiés sont généralement situés en dehors des périmètres d'influence des arrêts du BVB.

Ils sont généralement desservis par un arrêt de la ligne de bus (navette) mais, comme pour les TI, pas directement puisque situés en deuxième rang par rapport à la route.

d.     Terrains couverts par la zone de danger élevé

Les zones de danger élevé, situées pour la plupart hors de la zone à bâtir, à l'exception de deux zones à Frience, et du lit de la Gryonne, impactent donc peu les secteurs proposés.

e.     Terrains attenants à une zone naturelle protégée

Bien que les zones de protection soient majoritairement situées en dehors de l'urbanisation, certaines sont néanmoins partiellement ou entièrement situées en zone à bâtir.

Il sera opportun d'en tenir compte dans le cadre du processus de redimensionnement, puisque les mesures de protection qui s'y rapportent sont souvent d'ores et déjà incompatibles avec leur constructibilité:

-     Le district franc fédéral du Grand Muveran, qui empiète partiellement sur la zone à bâtir dans le secteur 'Les Châbles',

-     Le bas-marais 'Les Verneys', no 1356, d'importance nationale,

-     La prairie et pâturage sec 'Rabou', d'importance nationale.

f.     Terrains non équipés ou partiellement (AEE 2003)

L'aperçu de l'état de l'équipement, bien que daté de 2003, est un indicateur intéressant pour montrer que les secteurs de la première étape ne sont à priori peu voire pas équipés.

Ce critère risque bien entendu de constituer un enjeu différent lors de la poursuite des démarches de redimensionnement, en particulier dans des secteurs plus proches du centre et à priori équipés. Il conviendra alors de s'interroger sur l'opportunité ou non de mettre à jour l'AEE.

[…]"

S’agissant de l’analyse du relief (critère g), il était précisé qu’il permettait de souligner les grandes lignes paysagères retenues pour être mises en valeur, mais fournissait des indications trop sommaires par rapport au choix de secteurs propices pour le redimensionnement. En conséquence, il ne serait utilisé que pour des analyses ponctuelles ou ultérieurement dans le processus de redimensionnement.

Le processus prévoyait en effet trois étapes (ch. 3.3).

La première – ayant donné lieu au présent litige – consistait à exclure de la zone à bâtir 11 secteurs peu voire pas bâtis, situés à l'extérieur du territoire urbanisé, propices à retourner à la zone agricole. Les secteurs proposés dans la "Vision communale" totalisaient initialement une surface d'environ 37 ha. La majorité de la parcelle no 785 était incluse dans le secteur à dézoner no 9 et restituée à la zone agricole ou à l'aire forestière sur la base des constatations forestières effectuées en 2008 dans le cadre de la mise à jour des surfaces agricoles utiles (SAU). Une portion de la parcelle, soit environ 1920 m2 bordant la route de Solalex, n'est en revanche pas visée par la première étape.

La deuxième étape visera l'exclusion de la zone constructible de 7 secteurs peu bâtis situés à l'extérieur du territoire urbanisé, dont l'affectation pourrait cependant être revue dans le sens d'une diminution du potentiel constructible pour de l'habitat proprement dit. Les caractéristiques de ces secteurs justifieraient en effet de réfléchir à des mesures nuancées quant à leur affectation par rapport aux objectifs communaux exposés en particulier dans le PDCom en cours d'élaboration.

Enfin, la troisième étape permettra, au vu des résultats du redimensionnement des première et deuxième étapes, de poursuivre les réflexions sur les secteurs urbanisés proprement dits, y compris la zone de centre dans le cadre de la révision d'ensemble de la planification communale.

La "Vision communale" a été soumise au SDT en mars 2016, qui a donné son accord préliminaire le 25 avril 2016.

F.                     En 2016, les lignes directrices et principes de la première étape ont été concrétisés par un projet de modification partielle du PEC et du plan d'extension partiel "Les Verneys" du 17 octobre 1969 (ci-après: le PEP). Conformément à la "Vision communale" et au rapport 47 de l'ordonnance du 28 juin 2000 sur l'aménagement du territoire (OAT; RS 700.1), les secteurs concernés étaient restitués à la zone agricole ou à l'aire forestière selon les indications figurant sur le plan y relatif. Quant aux RPEC, il était modifié comme suit pour les secteurs touchés:

" Art. 42a Zone agricole

   La zone agricole est soumise aux dispositions des législations fédérales et cantonales sur la zone agricole.

   Art. 49a Aire forestière

   L'aire forestière est régie par les dispositions des législations fédérale et cantonale. Il est notamment interdit, sans autorisation préalable de l'inspection forestière, d'abattre des arbres, de faire des dépôts, d'ériger des clôtures et de construire à moins de 10 m de la lisière.

La délimitation de l'aire forestière est indicative."

Dans ce cadre, la parcelle no 785 était restituée pour 4'678 m2 à la zone agricole de montagne ou à l'aire forestière, le solde demeurant en l'état inchangé.

G.                    Le rapport à l'intention de l'autorité cantonale chargée de l'approbation des plans accompagnant ces modifications a été élaboré le 21 juin 2016 par le bureau B.________ (cf. art. 47 OAT; ci-après: le rapport 47 OAT). Il rappelait les exigences découlant du droit supérieur et le contenu de diverses mesures de la 3ème adaptation du Plan directeur cantonal (ci-après: PDCn-3) alors en vigueur. Il s'agissait de la mesure A11 ("Légalisation des zones à bâtir"), qui imposait aux communes de justifier le dimensionnement de la zone à bâtir par des critères quantitatifs et qualitatifs dans le cadre du rapport 47 OAT, ainsi que de la mesure A12 ("Zones à bâtir manifestement surdimensionnées"), selon laquelle le redimensionnement de la zone à bâtir devait notamment s'effectuer par la restitution à la zone inconstructible de terrains non équipés, non construits depuis plus de 15 ans, ne faisant pas l'objet d'un projet à court terme, situés loin des dessertes en transports publics et situés loin des centres bâtis. D'autres mesures issues du PDCn étaient examinées, soit en particulier les mesures B11 "Centres cantonaux et régionaux" dont il résulte que Villars-Gryon est un centre régional, E11 ("Patrimoine naturel et développement régional"), E13 ("Dangers naturels gravitaires") et F44 ("Eaux souterraines").

Le rapport 47 OAT indiquait que le surdimensionnement communal estimé par les autorités cantonales était de 60 ha, de sorte qu'une réduction de 18 ha de la zone à bâtir était nécessaire pour respecter les objectifs de la convention (ch. 1 du rapport 47 OAT). La réduction prévue par la modification des planifications était de 36,5 ha, soit une réduction du potentiel d'accueil de 1'005 habitants. Hors centre, le bilan réalisé en 2014 établissait le besoin à 56 habitants alors que la capacité d'accueil était de 3'668 habitants. Les lignes directrices de 2015 ayant porté le taux de croissance annuelle à 1% à compter de l'adoption du PGA, il en résulterait en 2016 et après la première étape, un besoin de 94 habitants pour une capacité d'accueil de 2'663 habitants. En d'autres termes, après la première étape, le facteur de surdimensionnement ou facteur de croissance serait de 18.25 (ch. 4.2 du rapport 47 OAT).

H.                     Par courrier du 23 juin 2016, la municipalité a informé les propriétaires concernés par la première étape du redimensionnement des démarches et procédures à venir, soit en particulier la mise à l'enquête prochaine de la première étape. Elle mentionnait en outre que d'autres étapes de redimensionnement seraient menées ultérieurement, étant précisé "que plus du 90% des surfaces à bâtir de Gryon devr[aient] être abandonnées".

I.                       Les modifications du PEC et du PEP ont été mises à l'enquête publique du 1er juillet 2016 au 2 août 2016. Elles ont suscité 33 oppositions, dont celle de A.________ du 27 juillet 2016, et deux observations. A l'appui de son opposition, l'intéressé exposait que sa propriété ne répondait pas aux critères gouvernant le processus de redimensionnement. De son point de vue, la parcelle était équipée et située à proximité des réseaux de transport public et individuel. Elle n'était par ailleurs ni située en marge de l'urbanisation, ni en zone de dangers naturels et n'était pas adjacente à une zone naturelle protégée. S'agissant des délimitations forestières, elles étaient approximatives et pour partie erronées. Enfin, il invoquait une inégalité de traitement par rapport à d'autres propriétaires de parcelles dont le dézonage n'était pas prévu et qui se trouvaient dans une situation identique à la parcelle no 785. Partant, il sollicitait la modification du "reclassement" de sa parcelle selon un plan annexé. En substance, il souhaitait que l'aire forestière soit étendue au nord-est de la parcelle jusqu'à la route de Solalex. En revanche, il requérait que la surface laissée en zone à bâtir soit étendue en direction du sud.

Suite à des séances de conciliation requises par certains opposants, la municipalité a proposé au SDT de traiter avec plus de souplesse quelques parcelles supportant des bâtiments existants, qu'il était prévu de restituer à la zone agricole dans la première étape. L'objectif était de reporter le traitement de ces surfaces à la troisième étape, afin de permettre aux propriétaires de procéder à des travaux d'aménagements extérieurs et d'agrandissement conformes à la LRS. La construction de nouveaux logements ou de nouveaux bâtiments ne serait cependant pas autorisée. Le SDT ayant consenti à cette proposition, un nouveau plan des modifications apportées aux PEC et PEP dans le cadre de la première étape a été dressé en septembre 2016. Les parcelles concernées par l'assouplissement précité, qui représentaient environ 2,5 ha dont la parcelle no 785 ne faisait par partie, n'y figuraient plus.

J.                      Le 10 octobre 2016, la municipalité a adressé au Conseil communal de Gryon (ci-après: le conseil communal) le préavis no 13/2016 relatif aux modifications du PEC et du PEP, aux termes duquel elle recommandait l'approbation des modifications du PEC et du PEP conformément au nouveau plan de septembre 2016, la levée des 25 oppositions maintenues et la transmission du projet de modification au DTE pour approbation.

La réponse apportée par le préavis no 13/2016 à l'opposition de A.________ était la suivante:

" En préambule, il convient de rappeler le contexte légal introduit par la révision de la LAT qui impose à toutes les communes suisses de redimensionner leurs zones à bâtir en tenant compte des besoins prévisibles dans les 15 prochaines années, selon un taux de progression d'habitants fixé à 1% par année pour la commune de Gryon. C'est donc plus de 90 % des surfaces à bâtir qui vont devoir être revues pour Gryon et la présente mise à l'enquête n'est que la première étape d'un processus voulu en trois étapes et aboutissant à la révision complète du Plan général d'affectation.

Les surfaces touchées par cette première étape ont été sélectionnées selon des critères légaux, dans les secteurs les plus éloignés des zones construites et présentant des entités paysagères cohérentes. Dès lors, nous ne pouvons que confirmer les points de vue suivants:

1.     Le plan utilisé pour la mise à l'enquête mentionne la forêt telle que cadastrée au registre foncier mais il est clair que c'est l'état des lieux sur le terrain qui fait foi et qu'il peut aussi y avoir eu entretemps des constatations de nature forestière non encore reportées sur le cadastre.

2.     Lors de la séance d'information ainsi que dans le Rapport 47 OAT du dossier de la mise à l'enquête, les différents critères ayant présidé aux choix des terrains concernés par cette première étape du redimensionnement ont été clairement énoncés. Dès lors la Municipalité a retenu partiellement cette parcelle 785 pour une mise en zone agricole car

i. [sic]     manifestement située en marge la zone centre.

j. [sic]     terrain non équipé ou seulement partiellement si l'on retient la définition posée par l'Office fédéral du développement territorial soit: 'on entend par équipement la réalisation de toutes les infrastructures de base permettant l'utilisation conforme d'un bien-fonds (routes, transports publics, eau, eaux usées, gaz, électricité, télécommunications). Pour qu'un terrain puisse être construit, il faut que l'équipement soit suffisant.' A notre connaissance, aucun équipement récent n'a eu lieu.

3.     Seule la partie aval est concernée par le dézonage, une bande de terrain de 1900 m2 env. étant laissée en bordure de la route de Solalex, comme traité à plusieurs autres endroits. La partie retenue pour le dézonage répond aux critères paysagers car incluse dans une grande entité forestière et agricole directement attenante. Cette surface au bas de la parcelle est en outre ceinturée de forêt et ne serait aisément pas constructible avec le respect des distances aux lisières.

4.     Les autres parcelles proches désignées par l'opposant, le long de la route de Solalex, seront traitées lors de la seconde étape afin de voir si une autre affectation que la zone agricole peut être retenue.

Au vu des motifs développés, la Municipalité propose de lever l'opposition de M. A.________ et de maintenir la réaffectation partielle de la parcelle 785 en zone agricole."

K.                     Dans sa séance du 31 octobre 2016, le conseil communal a approuvé les modifications des PEC et PEP conformément au plan de septembre 2016 et levé les oppositions y relatives. Le 9 janvier 2018, le DTE a approuvé préalablement les modifications des PEC et PEP, sous réserve des droits des tiers. Ces décisions ont été adressées à A.________ par courrier recommandé du 9 janvier 2018.

L.                      Le 31 janvier 2018, le Conseil fédéral a approuvé la 4ème adaptation du Plan directeur cantonal (ci-après: PDCn-4). Si la mesure A12 a été supprimée, la mesure A11 impose désormais aux autorités communales de prendre en compte un nombre minimum d'éléments pour procéder au redimensionnement de leur zone à bâtir, soit la qualité de la desserte en transports publics, l'accès en mobilité douce aux services et équipements, la qualité des sols et les ressources, l'environnement (nature, paysage, risques et nuisances), la capacité des équipements et des infrastructures, la possibilité d'équiper à un coût proportionné, ainsi que la disponibilité des terrains. Pour répondre aux besoins à 15 ans, il est prévu que les communes doivent réaffecter les terrains excédant les besoins ou peu adéquats au développement (1), densifier le territoire urbanisé (2) et mettre en valeur les réserves et les friches (3). Enfin, la mesure A11 prévoit une croissance annuelle maximale de 1,7% dans les centres régionaux. Dans les villages et quartiers hors centre, elle est réduite à 0,75% dans le cadre du PDCn-4, alors qu'elle était auparavant arrêtée à 1%.

M.                    Par acte du 9 février 2018, A.________ (ci-après: le recourant) a recouru contre ces décisions, concluant principalement à leur réforme en ce sens que la surface de la parcelle no 785 affectée à la zone agricole (figurée en gris sur le plan de septembre 2016) soit maintenue en zone de chalets A. Subsidiairement, il a conclu à l'annulation pure et simple des décisions précitées. En substance, le recourant considère que la modification des PEC et PEP viole les principes de coordination, d'égalité de traitement et de stabilité des plans, ainsi que la garantie de la propriété. En outre, la parcelle no 785 ne répondrait pas aux critères arrêtés pour délimiter les surfaces à dézoner dans le cadre de la première étape du redimensionnement. Enfin, le recourant critique la méthode automatique de détermination des réserves (MADR) utilisées pour déterminer l'excédent des réserves en zone à bâtir de la commune.

La municipalité, pour le conseil communal, et le SDT, pour le DTE, (ci-après: les autorités intimées) ont déposé leurs réponses les 29 mai, respectivement 30 mai 2018, concluant au rejet du recours et à la confirmation des décisions entreprises. Selon les autorités intimées, tant le redimensionnement par étape que le choix de dézoner partiellement la parcelle du recourant dans le cadre de la première étape seraient conformes aux exigences légales gouvernant l’aménagement du territoire.

Le recourant a déposé des observations complémentaires le 7 septembre 2018, dans le cadre desquelles il a étayé ses griefs et persisté dans ses conclusions.

Une inspection locale a été diligentée le 10 décembre 2018 en présence du recourant et des représentants des autorités intimées. On extrait notamment ce qui suit du procès-verbal dressé à cette occasion:

" […]

Il est constaté que la parcelle supporte un chalet sis à proximité de la route. La forêt est située au sud et à l'est de la parcelle.

A la demande du président, C.________ [pour la municipalité] indique que la partie sud de la parcelle, soit la plus éloignée de la route, a été dézonée dans le cadre de la première étape.

D.________ [pour la municipalité] ajoute que la partie adjacente à la route a été laissée en zone constructible et sa surface calculée pour qu'il soit possible d'y construire une construction à peu près équivalente à celle existante. Il ajoute cependant que la constructibilité du solde de la parcelle n'est pas garantie à l'avenir, car cette surface pourrait devoir être dézonée dans le cadre de la deuxième ou troisième étape pour atteindre les objectifs légaux de redimensionnement.

Me Perroud [pour le recourant] considère que le terrain naturel n'a, à tort, pas été pris en considération pour délimiter la surface de la parcelle à dézoner. Par ailleurs, l'éventuelle diminution du potentiel constructible évoquée par la Vision communale est problématique et contestée. Les dézonages se basent sur un calcul bureaucratique et mathématique qui n'est pas adapté à la mise en œuvre du droit fédéral.

Me Perroud relève encore que le terrain est partiellement recouvert de forêt et que pour le reste il ne s'agit pas de surfaces revêtant les qualités de surfaces d'assolement, ce que les autorités intimées ne contestent pas. Il ajoute que les surfaces ne sont actuellement pas exploitées et ne se prêtent pas à une exploitation agricole. Il relève que la parcelle est équipée.

D.________ considère que la partie aval de la parcelle n'est pas équipée. Me Perroud répond qu'une parcelle forme un tout et que l'équipement n'est pas contestable. Il ajoute qu'il existe un arrêt de bus à 150 m. C.________ précise qu'il s'agit d'une ligne touristique qui fonctionne quatre mois en hiver et trois mois en été.

Le recourant indique ne pas s'opposer à une "mise en zone de jardin" pour autant que la seule contrainte soit d'ordre paysagère et qu'il ne soit pas porté atteinte au potentiel constructible.

D.________ rappelle que le plan reprend la délimitation cadastrale de la forêt et non pas celle qui serait prise en compte lors du dépôt d'un permis de construire. Il ajoute qu'une construction serait moins compliquée à proximité de la route plutôt qu'ailleurs sur la parcelle.

Me Perroud répond que le recourant ne conteste pas l'existence de la forêt sur la parcelle, mais précise qu'il aurait fallu l'identifier dans le cadre de la modification des plans d'affectation et que le potentiel constructible devrait être maintenu par la suite. L'établissement d'une zone réservée aurait été une mesure plus adéquate plutôt que de procéder par étape.

C.________ répond que la zone à bâtir actuelle doit être réduite de 96%. Le but de la délimitation litigieuse était de préserver une bande constructible le long de la route dans le cadre de la première étape, qui pourrait néanmoins être réexaminée à l'aide des critères plus précis élaborés dans les deuxième et troisième étapes du redimensionnement. Quant à la délimitation des lisières, elle n'interviendra que sur les surfaces qui resteront colloquées en zone à bâtir dans le futur plan d'affectation.

E.________ [pour le SDT] précise que l'établissement d'une zone réservée n'aurait pas modifié la situation car les périmètres concernés présentement sont ceux qui doivent manifestement être dézonés. Toutes les communes n'ont pas procédé de la même manière. Il relève qu'en l'absence de zone réservée, le canton peut toujours s'opposer à la délivrance d'un permis de construire car il ne faut pas laisser des parcelles qui devraient se trouver hors zone à bâtir être construites dans l'intervalle. Il ajoute que l'instauration d'une zone réservée sur l'ensemble du territoire communal n'est pas une obligation légale et qu'il ne revient pas au canton de contraindre une commune à le faire. Il ne dispose d'ailleurs pas des instruments juridiques nécessaires.

En cas de mise à l'enquête d'un projet de construction sur une surface qui ne serait pas dézonée dans la première étape, C.________ expose que le canton pourrait faire opposition et instaurer une zone réservée cantonale sur la parcelle concernée. C'est ce qui s'est passé sur la parcelle no 3251 située non loin de celle du recourant. D.________ ajoute que la municipalité pourrait simultanément faire application de l'art. 77 aLATC devenu l'art. 47 LATC.

Me Perroud souligne que la commune et le canton se sont concertés pour procéder au redimensionnement de la zone à bâtir dans le cadre de la première étape. Partant, il ne discerne pas comment le canton pourrait s'opposer à la délivrance d'une autorisation de construire sur la partie qui longe la route, demeurée constructible selon le plan mis à l'enquête dans le cadre de la première étape.

A la demande du président, C.________ indique que des premiers contacts ont eu lieu avec le canton s'agissant de la deuxième étape et ajoute que la manière de procéder est conforme aux directives cantonales sur le redimensionnement des zones à bâtir.

Me Perroud fait valoir que certains secteurs largement non bâtis n'ont pas été traités dans cette première étape.

D.________ répond que les surfaces non touchées par la modification des plans d'affectation, soit la première étape, figurent en blanc sur les plans, ce qui ne renseigne donc pas sur la nature de ces surfaces. Nombre d'entre elles sont notamment recouvertes de forêt et, partant, inconstructibles sans que cela ne ressorte expressément du plan modifié.

Me Perroud ajoute que les particularités communales et l'étalement du bâti ont par ailleurs pour conséquence que le critère du centre est moins clair dans le cas de Gryon que pour d'autres communes. C.________ considère cependant que le centre est clairement défini même à Gryon et que la parcelle litigieuse se trouve manifestement à l'extérieur de celui-ci.

[…]"

Les parties ont eu l'occasion de se déterminer sur ce procès-verbal. A l'exception de l'indication par le recourant que la parcelle "est situé[e] à quelques minutes à pied de la gare de la Barboleuse qui […] est desservie toute l'année par le train Bex-Villars-Bretaye (BVB)", les parties ont indiqué n'avoir pas de remarques à formuler.

N.                     Le 12 mars 2019, un projet de construction d'une nouvelle habitation en résidence principale sur la parcelle no 3319 de Gryon, qui borde la route de Solalex à une distance d'environ 160 m à l'ouest de la parcelle du recourant, a été mis à l'enquête publique. Du 10 avril au 9 mai 2019, le SDT a mis à l'enquête publique une zone réservée cantonale sur cette parcelle no 3319.

O.                    Les arguments des parties seront repris ci-après dans la mesure utile.

 

Considérant en droit:

1.                      Déposé dans le délai de 30 jours fixé par l'art. 95 de la loi vaudoise du 28 octobre 2008 sur la procédure administrative (LPA-VD; BLV 173.36), le recours est intervenu en temps utile et respecte au surplus les conditions formelles énoncées à l'art. 79 LPA-VD, applicables par renvoi de l'art. 99 LPA-VD.

2.                      Dans la mesure où le présent litige porte sur la modification d'une planification communale et son approbation par l'autorité cantonale compétente, il convient de rappeler l'étendue et les limites de la liberté d'appréciation des autorités intimées et du pouvoir d'examen de la cour de céans avant d'examiner en détail les griefs du recourant.

Selon la jurisprudence, le pouvoir de cognitio de la cour de céans est en principe limité au contrôle de la légalité, y compris l'excès ou l'abus du pouvoir d'appréciation (art. 98 LPA-VD). En matière de planification, il s'étend cependant à l'examen de l'opportunité du projet litigieux (cf. art. 33 al. 3 let. b LAT et art. 43 al. 2 de la loi du 4 décembre 1985 sur l'aménagement du territoire et les constructions [LATC; BLV 700.11]; arrêts AC.2018.0067 du 27 novembre 2018 consid. 3; AC.2016.0238 du 15 octobre 2018 consid. 4a; AC.2017.0386 du 27 septembre 2018 consid. 3). Cela ne signifie pas pour autant que l’autorité cantonale investie du contrôle de l’opportunité agisse comme autorité supérieure de planification ou de surveillance (ATF 131 II 81 consid. 6.6; ég. arrêt précité AC.2018.0067 consid. 3). Elle vérifie que l’autorité qui a adopté le plan n’a pas abusé ou mésusé de son pouvoir d’appréciation. Elle s’impose une certaine retenue, s’agissant des circonstances locales ou des questions de pure appréciation (cf. art. 2 al. 3 LAT; ATF 131 II 81 consid. 6.6). En particulier, le choix des parcelles concernées par le redimensionnement de la zone à bâtir relève dans une large mesure du pouvoir d'appréciation des autorités locales de planification (ATF 144 II 41 consid. 5.2 et en dernier lieu arrêt TF 1C_73/2018 du 7 janvier 2019 consid. 3.1). Ainsi, une mesure de planification doit être maintenue lorsqu’elle se révèle appropriée à la situation de fait; l’autorité de recours n’est pas habilitée à lui substituer une autre solution, même tout aussi appropriée (ATF 127 II 238 consid. 3b/aa; arrêts TF 1C_98/2018 précité consid. 4.1; TF 1C_528/2016 du 20 décembre 2017 consid. 6.1 et arrêts précités AC.2016.0238 consid. 4a et AC.2017.0386 consid. 3). En revanche, selon la jurisprudence fédérale, la prise en considération d'intérêts d'ordre supérieur, dont la sauvegarde incombe au canton, doit être imposée par un contrôle strict (ATF 131 II 81 consid. 7.2.1 et ATF 127 II 238 consid. 3b/aa; arrêt précité TF 1C_528/2016 consid. 6.1; arrêt AC.2017.0272 du 20 juin 2018 consid. 2a et les références citées).

3.                      a) Dans un premier grief, le recourant allègue que le redimensionnement par étape de la zone à bâtir communale violerait le principe de coordination. Il relève que le PDCom, qui a pour but d'organiser le territoire communal en assurant un développement harmonieux et cohérent de l'urbanisation en coordonnant entre elles les activités qui ont des effets sur l'organisation du territoire et en tenant compte des planifications supérieures, n'a toujours pas été adopté. Dans ces conditions, il ne serait à ce stade pas possible de s'assurer que la modification de la planification répondra aux exigences du futur PDCom en violation notamment de l'art. 2 let. e OAT, qui impose de vérifier la conformité d'une planification à l'aune des plans directeurs et des plans d'affectation. De même, rien ne garantirait que les futures étapes du redimensionnement prévues seront effectivement menées à terme, la "Vision communale", prétendument inspirée du PDCom, n'ayant aucun caractère contraignant et l'actuel rapport 47 OAT n'engageant les autorités que pour la première étape. En définitive, le processus par étape violerait, en l'absence de vision globale, le principe de coordination.

Dans le même sens, le principe de coordination serait violé dans la mesure où l'aire forestière aurait dû être précisément déterminée dans toutes les zones concernées par la première étape et en particulier concernant la parcelle no 785. Selon lui, il aurait été particulièrement bienvenu que les aires forestières ayant 'grignoté' la zone à bâtir soi[ent] quantifiées et intégrées dans le calcul des surfaces réputées déclassées, puisqu'elles participent à la réduction de la zone à bâtir". La délimitation de l'aire forestière sur sa propriété reposerait ainsi sur des données obsolètes et ne correspondrait pas à la réalité du terrain.

b) En matière de coordination, l'art. 25a LAT énonce, à ses alinéas 1 à 3, des principes à respecter lorsque l'implantation ou la transformation d'une construction ou d'une installation nécessite des décisions émanant de plusieurs autorités. Une autorité chargée de la coordination doit en particulier veiller à ce que toutes les pièces du dossier de demande d'autorisation soient mises simultanément à l'enquête publique (art. 25a al. 2 let. b LAT) et à ce qu'il y ait une concordance matérielle des décisions ainsi que, en règle générale, une notification commune ou simultanée (art. 25a al. 2 let. d LAT); ces décisions ne doivent pas être contradictoires (art. 25a al. 3 LAT). Ces principes ont été conçus pour être mis en oeuvre au stade de l'autorisation de construire; la loi prévoit cependant qu'ils sont applicables par analogie à la procédure des plans d'affectation (art. 25a al. 4 LAT). Enfin, la loi ne tend pas à une coordination maximale, mais doit assurer une coordination suffisante, ce que précisent les textes allemand et italien de l'art. 25a al. 1 LAT (cf. arrêts TF 1C_67/2018 du 4 mars 2019 consid. 5.1; TF 1C_552/2016 du 15 janvier 2018 consid. 3.1 et TF 1C_309/2013 du 4 juillet 2013 consid. 3.3.1). En vertu du principe de la coordination des procédures, l'autorité de planification doit aussi prendre en compte, dans le cadre de l'adoption d'un plan partiel d'affectation ou d'un plan de quartier, tous les éléments déterminants du point de vue de la protection de l'environnement et de l'aménagement du territoire qui sont objectivement en relation les uns avec les autres, notamment ceux qui se trouvent dans une relation si étroite qu'ils ne peuvent être appliqués de manière indépendante (ATF 123 II 88 consid. 2a; arrêts TF 1C_228/2018 et 1C_229/2018 du 18 juillet 2019 consid. 7.1; TF 1C_163/2011 du 15 juin 2012 consid. 3.1).

En application de ce qui précède, la cour de céans a déjà jugé (arrêt AC.2013.0454 du 29 octobre 2015) que le choix, pour une autorité, de procéder à la planification d'un secteur au moyen de trois plans partiels d'affectations distincts n'était pas d'emblée évidente. Cela étant, dans la mesure où chaque subdivision du secteur répondait à des particularités propres, que les trois planifications poursuivaient les mêmes objectifs d'aménagement du territoire et que les mesures de planification envisagées étaient similaires, le procédé ne heurtait pas le principe de coordination. Ce raisonnement a été confirmé par le Tribunal fédéral (arrêt TF 1C_630/2015 du 15 septembre 2016). Dans ce cadre, il a notamment jugé ce qui suit (consid. 5.3.1 et consid. 5.3.2):

" [L]a LAT n'exige pas qu'un plan unique soit établi; on ne saurait en particulier déduire sans autre forme de démonstration que l'établissement de trois PPA contreviendrait aux exigences d'utilisation raisonnable du sol, ce d'autant moins que ce choix ne repose pas uniquement sur des critères liés à l'attitude des propriétaires riverains, mais également sur des différences objectives mises en évidence par la cour cantonale. On ne distingue dès lors pas d'emblée quels éléments interdiraient la réalisation d'une planification tripartite; la solution adoptée par l'autorité communale et approuvée par le service cantonal compétent n'apparaît ainsi pas inappropriée. Dans ces conditions, compte tenu de la retenue dont doit faire preuve l'autorité de recours quand entrent en ligne de compte, comme en l'espèce, la connaissance des circonstances et des lieux, c'est à raison que le Tribunal cantonal n'a pas substitué sa propre appréciation – favorable à une planification unique – à celle de l'autorité communale, ménageant en cela l'autonomie dont celle-ci dispose dans ce domaine.

Quant au principe de coordination à proprement parler, celui-ci n'est en l'espèce d'aucun secours à la recourante. Appliqué par analogie à un plan d'affectation en vertu de l'art. 25 al. 4 LAT, ce principe suppose que ce plan – qui constitue lui-même déjà un instrument de coordination (ARNOLD MARTI, Commentaire LAT, 2010, n. 42 ad art. 25a LAT) – tienne compte de l'ensemble des problématiques susceptibles de se présenter (cf. ATF 123 II 88 consid. 2a p. 93; arrêt 1C_163/2011 du 15 juin 2012 consid. 3)."

L'aire forestière est, pour sa part, définie et protégée par la loi fédérale du 4 octobre 1991 sur les forêts (LFo; RS 921.0) selon l'art. 18 al. 3 LAT. Il n'existe pas de hiérarchie entre ces deux législations qui doivent être coordonnées (message du Conseil fédéral in FF 1988 III p. 180 s.; arrêt de l'ancien Tribunal administratif AC.2004.0234 du 16 décembre 2005 consid. 1 et Rudolf Muggli, Commentaire pratique LAT: Planifier l'affectation, Genève 2016, n. 43 ad art. 18 LAT). La LFo contient une série de dispositions tendant à assurer sa coordination avec l'aménagement du territoire. Il s'agit en particulier des art. 11 à 13 LFo, réunies sous l'intitulé "Section 2 Forêts et aménagement du territoire" et qui concernent le lien entre les autorisations de défricher et de construire (art. 11 LFo), l'insertion des forêts dans les zones d'affectation (art. 12 LFo) et la délimitation des forêts par rapport aux zones d'affectation (art. 13 LFo qui renvoie à l'art. 10 LFo). L'al. 2 de cette dernière disposition prévoit notamment que lors de l'édiction et de la révision des plans d'affectation, une constatation de nature forestière doit être ordonnée là où des zones à bâtir confinent ou confineront à la forêt (let. a) et là où, en dehors des zones à bâtir, le canton veut empêcher une croissance de la surface forestière (let. b).

c) En l'espèce, on précisera d'emblée que le processus choisi par l'autorité intimée, exposé dans la "Vision communale" et dans le rapport 47 OAT, a été soumis pour examen préalable au SDT en sa qualité d'autorité de coordination en matière de planification (art. 10a aLATC et art. 2 et 3 aRLATC). Certes, le choix de procéder à un redimensionnement de la zone à bâtir en trois étapes n’apparaît à première vue pas évident. Cela étant et contrairement à ce que soutient le recourant, il résulte d’une réflexion globale, menée à l’échelle de la commune et clairement exposée tant dans la "Vision communale" que dans le rapport 47 OAT. La scission du processus en trois étapes repose en effet sur des motifs objectifs. Les secteurs concernés par chacune des étapes ont été circonscrits sur la base de caractéristiques communes, en application de critères détaillés dans les documents précités, afin d’établir un ordre de priorité du redimensionnement (cf. ch. 3.2 de la "Vision communale"). Ainsi, la première étape concerne les secteurs peu voire pas bâtis, situés à l’extérieur du territoire urbanisé et propices à une restitution à la zone agricole. Les surfaces visées par la deuxième étape seront les secteurs peu bâtis situés à l’extérieur du territoire urbanisé, dont l’affectation pourrait cependant être revue dans le sens d’une diminution du potentiel constructible. Enfin, la troisième étape touchera les secteurs urbanisés proprement dits, y compris la zone de centre, en fonction du surdimensionnement résiduel à l’issue des deux premières étapes. Elle portera sur les parcelles non bâties et sur celles présentant encore des potentialités selon les règles en vigueur. Cette dernière étape permettra en outre d’unifier les diverses modifications partielles réalisées au cours des étapes précédentes, puisqu’elle prendra la forme d’une révision du plan d’affectation de la commune et non, contrairement aux deux premières étapes, d’une simple modification des plans en vigueur. En définitive, les secteurs concernés par chacune des étapes sont délimités en fonction de leurs aptitudes respectives, sur la base de critères prédéfinis, à être exclus de la zone à bâtir, respectivement à voir leurs potentialités de construction réduites afin de rendre la planification communale conforme au droit.

Pour ce qui est des critères retenus et de l'établissement d'un ordre de priorité des secteurs à traiter, ils s'avèrent conformes aux principes du redimensionnement découlant du droit supérieur rappelés dans le rapport 47 OAT. Ils respectent notamment les principes issus du PDCn dans sa troisième adaptation (PDCn-3), en vigueur au moment de l'approbation de la planification litigieuse, singulièrement les mesures A11 ("Légalisation des zones à bâtir") et A12 ("Zones à bâtir manifestement surdimensionnées"). De même, les critères en cause sont conformes aux principes de mise en œuvre de la mesure A11 ("Zone d'habitation et mixte"), la mesure A12 ayant pour sa part été abrogée, tels qu'ils résultent de la quatrième adaptation du PDCn (PDCn-4), approuvée le 31 janvier 2018 par le Conseil fédéral et directement applicables (cf. arrêt AC.2018.0329 du 2 septembre 2019 consid. 3b). Au demeurant, le recourant ne le conteste pas, mais allègue en revanche que les critères utilisés auraient été mal appliqués lors de l'examen de sa parcelle (ce grief sera traité ultérieurement, cf. consid. 6 ci-dessous).

Enfin, les trois étapes convergent toutes vers un seul et unique but, à savoir la réduction de la zone à bâtir surdimensionnée qui relève d'un intérêt public important désormais inscrit à l’art. 15 al. 2 LAT. Des mesures non pas identiques mais semblables sont en outre prévues pour chaque étape, soit l'exclusion d'une partie des surfaces de la zone à bâtir, respectivement la diminution des droits à bâtir existants, soit des mesures adéquates pour réduire le surdimensionnement (Thierry Tanquerel, Commentaire pratique LAT: Planifier l'affectation, Genève 2016, n. 56 ad art. 21 LAT).

Il résulte de ce qui précède que le redimensionnement en trois étapes découle d'une réflexion globale à l'échelle du territoire communal, dont la population a été informée, et qui prend en compte – ce que ne conteste pas le recourant – les autres législations et intérêts en cause (soit notamment les principes du PDCn [cf. p. 3 du rapport 47 OAT], la protection du milieu naturel, la création et le maintien du milieu bâti ou encore le maintien des sources d'approvisionnement [cf. p. 13 du rapport 47 OAT]). Dans ces conditions, la coordination s'avère suffisante et le choix de procéder en trois étapes apparaît approprié. Il l'est d'autant plus que la tâche est particulièrement complexe dans la commune en cause dont le surdimensionnement est massif sur tout l'ensemble du territoire communal. De son côté, le recourant invoque uniquement l'absence du PDCom, en cours d'élaboration, pour en déduire un défaut de coordination au motif qu'il pourrait, une fois en vigueur, se révéler contraire à la planification entreprise. Ce faisant, il ne démontre toutefois pas en quoi le processus choisi, singulièrement sa première étape, et la réflexion globale menée par l'autorité communale seraient contraires au droit supérieur applicable en matière de redimensionnement, auquel sera précisément aussi soumis le PDCom. Si l'on peut déplorer l'absence de PDCom – étant toutefois rappelé que le retard pris à cet égard résulte des modifications législatives intervenues durant la procédure d'élaboration du PDCom –, ce seul fait ne consacre pas une violation du principe de coordination par la planification litigieuse pour les motifs exposés ci-dessus. Par ailleurs si, comme le soutient le recourant, le redimensionnement de la zone à bâtir aurait certainement pu être réalisé en une seule procédure, ce constat ne suffit pas à qualifier d'insoutenable la solution choisie par la commune. La cour de céans ne saurait ainsi substituer sa propre appréciation à celle des autorités intimées mais se doit au contraire de ménager l'autonomie dont elles jouissent en ce domaine.

d) Le défaut de coordination de la planification entreprise avec la LFo s'avère également infondé. A ce sujet, la "Vision communale" et le rapport 47 OAT soulignent l'importante progression de la forêt à l'intérieur de la zone à bâtir, estimée à 17 ha, et précisent que des levés de lisière seront ultérieurement nécessaires pour clarifier son étendue. Néanmoins, les démarches en ce sens ont été suspendues pour ne pas effectuer un travail inutile dans les secteurs qui seraient exclus de la zone à bâtir dans le cadre du redimensionnement (cf. p. 9 de la "Vision communale" et p. 23 du rapport 47 OAT). Les surfaces forestières situées dans les secteurs touchés par la première étape ont ainsi été approximativement mentionnées sur le plan y relatif (surfaces indicatives [cf. art. 49a i.f. RPEC] figurées en vert, les surfaces restituées à la zone agricole étant figurées en gris) en s'appuyant sur des données relativement anciennes. Dans la mesure où le redimensionnement par étape est admissible (cf. consid. 3c ci-dessus) et que les limites exactes et définitives de la zone à bâtir ne sont pas encore connues à l'issue de la première étape ni, partant, les surfaces forestières qui confinent ou confineront à des zones constructibles connaître (10 al. 2 let. a LFo), le choix de l'autorité intimée de suspendre, à ce stade, le levé des lisières n'apparaît pas critiquable ou contraire au principe de coordination.

A cet égard, le recourant expose que la manière de procéder des autorités intimées est "pour le moins légère" et qu'il "serait ainsi particulièrement bienvenu que les aires forestières ayant 'grignoté' la zone à bâtir soi[ent] quantifiées et intégrées dans le calcul des surfaces réputées déclassées". Ce faisant, il considère qu'une autre manière de procéder aurait été plus adéquate. Néanmoins et comme déjà exposé, il n'appartient pas à la cour de céans de substituer une solution à celle, appropriée, de l'autorité planificatrice.

Au vu des considérants qui précèdent, le grief de violation du principe de coordination doit être rejeté.

4.                      a) Parallèlement au grief qui précède, le recourant voit dans le redimensionnement par étape une atteinte au principe de l'égalité de traitement dans la mesure où il n'y aurait aucune garantie que les futures étapes seront effectivement menées à bien. De son point de vue, la seule manière d'en garantir le respect aurait été la mise en place d'une zone réservée sur les parties du territoire communal, conformément à ce que prévoyait le rapport 47 OAT. A défaut, des autorisations de construire pourraient être obtenues dans l'intervalle dans des secteurs visés par les deuxième et troisième étapes, l'autorité communale n'ayant aucun moyen de s'y opposer, puisqu'elle ne pourrait pas faire usage de l'art. 77 aLATC (devenu l'art. 47 LATC) qui l'autorise à refuser un permis de construire qui compromettrait une planification envisagée. Cette disposition prévoit en effet que la municipalité doit, dans un délai de huit mois dès la communication du refus, mettre à l'enquête publique la planification ayant motivé le refus d'autorisation. Or, ce délai serait en l'espèce bien trop court vu l'état d'avancement des deuxième et troisième étapes.

b) Le principe d'égalité de traitement ancré à l'art. 8 al. 1 Cst. est violé lorsqu'une décision établit des distinctions juridiques qui ne se justifient par aucun motif raisonnable au regard de la situation de fait à réglementer, ou qu'elle omet de faire des distinctions qui s'imposent au vu des circonstances, c'est-à-dire lorsque ce qui est semblable n'est pas traité de manière identique et ce qui est dissemblable ne l'est pas de manière différente (ATF 144 I 113 consid. 5.1.1; ATF 143 I 361 consid. 5.1 et ATF 142 I 195 consid. 6.1). Le droit à l'égalité de traitement n'a cependant qu'une portée réduite dans l'élaboration des plans d'affectation. Il est en effet dans la nature même de l'aménagement local que la délimitation des zones crée des inégalités et que des terrains de mêmes situation et nature puissent être traités différemment en ce qui concerne tant leur attribution à une zone déterminée que leur possibilité d'utilisation. Du point de vue constitutionnel, il suffit que la planification soit objectivement soutenable, c'est-à-dire qu'elle ne soit pas arbitraire (ATF 142 I 162 consid. 3.7.2; ATF 121 I 245 consid. 6e/bb et arrêts TF 1C_344/2018 du 14 mars 2019 consid. 4.1 et TF 1C_180/2017 du 12 mars 2018 consid. 5).

c) L'argumentation du recourant à cet égard tombe à faux. Tout d'abord, il ressort du dossier que le surdimensionnement de la zone à bâtir sera loin d'être résorbé à l'issue de la première étape, ce qu'il ne conteste d'ailleurs pas puisqu'il soutient uniquement que la méthode de calcul de la zone à bâtir serait trop schématique mais non qu'elle aboutirait à un résultat manifestement surévalué (cf. consid. 8 ci-dessous). De la sorte, la poursuite du processus sera inévitable pour respecter l'art. 15 al. 2 LAT. Surtout et comme déjà exposé, les trois étapes concernent des secteurs distincts qui justifient un traitement différencié (cf. consid. 3 ci-dessus). Or, les terrains visés par la première étape sont précisément ceux peu voire pas bâtis, situés à l’extérieur du territoire urbanisé et propices à une restitution à la zone agricole ou, en d'autres termes, ceux qui remplissent au mieux les critères applicables en matière de redimensionnement comme indiqué par les autorités intimées. Partant, la situation de leurs propriétaires n'est pas identique à celle des propriétaires touchés par la deuxième et la troisième étape dont les terrains sont, eu égard à leurs caractéristiques, moins sujets à être d'emblée exclus de la zone à bâtir. Cette appréciation est d'autant plus fondée que, comme déjà rappelé (cf. consid. 4b ci-dessus), le droit à l'égalité de traitement n'a qu'une portée réduite en matière de planification.

Dès lors que l'inégalité de traitement invoquée se révèle infondée, la question d'une éventuelle zone réservée sur les secteurs concernés par les deuxième et troisième étapes n'est pas pertinente et excède le cadre du présent litige qui concerne la modification des PEC et PEP dans le cadre de la première étape. Sur ce point, on relèvera néanmoins que si le rapport 47 OAT indique bien que la "Vision communale" prévoyait le dézonage de certains secteurs et l'instauration d'une zone réservée lors de la première étape (cf. p. 1 du rapport 47 OAT), il s'agit probablement d'une erreur. En effet, la "Vision communale" ne mentionne pas l'instauration d'une zone réservée et aucune mesure n'a été prise en ce sens dans ou parallèlement à la première étape. Quoi qu'il en soit, l'établissement d'une zone réservée est une faculté et non pas une obligation (art. 46 aLATC et 46 LATC), de sorte que l'autorité planificatrice dispose d'une marge de manœuvre à cet égard.

Lors de l'inspection locale, les autorités intimées ont souligné le caractère facultatif d'une telle mesure et précisé qu'elles disposaient des instruments nécessaires pour refuser d'éventuelles autorisations de construire qui compromettraient les deuxième et troisième étapes, à savoir le refus du permis par la municipalité fondé l'art. 77 aLATC (devenu l'art. 47 LATC) et l'instauration d'une zone réservée cantonale sur la base de l'art. 46 aLATC (demeuré l'art. 46 LATC) pour le SDT. Ce dernier a d'ailleurs récemment fait usage de la faculté que lui offre l'art. 46 LATC suite à la mise à l'enquête d'un projet sur la parcelle no 3319. Dans la mesure où l'art. 46 LATC et l'art. 77 aLATC sont deux instruments distincts dont les municipalités disposent pour éviter une péjoration de leur situation (cf. arrêt AC.2016.0140 et AC.2016.0142 du 17 mai 2017 consid. 4b et lignes directrices p. 16), le choix de l'autorité communale de renoncer à ce stade à l'instauration d'une zone réservée ne saurait être qualifié d'inapproprié. A supposer le grief fondé, la cour de céans ne serait par conséquent pas admise à lui substituer la solution suggérée par le recourant sans empiéter sur son pouvoir d'appréciation.

Partant, le grief doit être rejeté.

5.                      a) Le recourant invoque ensuite une violation du principe de la stabilité des plans en raison du "saucissonnage" du redimensionnement de la zone à bâtir. En vertu de l'art. 21 al. 2 LAT, les plans d'affectation devraient uniquement être adaptés en cas de modification sensible des circonstances. Or, il serait insoutenable de considérer que les futures étapes du redimensionnement seront justifiées par des motifs qui n'existeraient pas déjà actuellement. Ainsi, aucune modification sensible des circonstances ne pourrait justifier, suite à la première modification des PEC et PEP, de procéder à de nouvelles modifications de ces planifications. Par ailleurs, il ne serait pas exclu qu'un propriétaire puisse être touché deux fois par les mesures de redimensionnement, alors qu'il devrait pouvoir se fier à la stabilité du plan dès sa première modification.

b) A teneur de l'art. 21 al. 2 LAT, lorsque les circonstances se sont sensiblement modifiées, les plans d'affectation feront l'objet des adaptations nécessaires. D'après la jurisprudence, l'art. 21 al. 2 LAT exprime un compromis entre la nécessité de l'adaptation régulière des plans, d'une part, et l'exigence de la sécurité du droit, d'autre part. Cette disposition tend à assurer à la planification une certaine stabilité, sans laquelle les plans d'aménagement ne peuvent remplir leur fonction. La stabilité des plans est un aspect du principe, plus général, de la sécurité du droit, qui doit permettre aux propriétaires fonciers, comme aux autorités chargées de mettre en œuvre la planification, de compter sur la pérennité des plans d'affectation. Ceux-ci doivent toutefois être révisés lorsque les circonstances déterminantes se sont modifiées depuis leur adoption. Une modification sensible des circonstances au sens de l'art. 21 al. 2 LAT peut être purement factuelle (modifications topographiques, mouvements démographiques, changement de comportements, développement économique, évolution des besoins de transport, situation des finances publiques, menace sur un paysage ou un site, modification des conditions d'équipement), mais également d'ordre juridique, comme une modification législative, une révision du plan directeur ou même une évolution de la jurisprudence (cf. ATF 144 II 41 consid. 5.1; ATF 128 I 190 consid. 4.2; TF 1C_213/2018 du 23 janvier 2019, consid. 5.2; arrêt AC.2017.0172 du 20 mars 2019 consid. 3a).

c) En l'occurrence, en décidant de procéder à l'adaptation de sa planification en vue de son redimensionnement, l'autorité communale a considéré que les circonstances s'étaient sensiblement modifiées depuis l'adoption il y a plusieurs dizaines d'années de ses PEC et PEP, en raison notamment des récentes modifications constitutionnelle et législative intervenues. Loin de critiquer cette appréciation, le recourant l'admet en réalité implicitement puisqu'il ne conteste pas le principe d'une révision de la planification communale mais bien ses modalités, en soutenant que la révision devrait avoir lieu en une seule procédure et non pas en trois étapes.

Dans ces circonstances, le grief du recourant s'avère prématuré. La question de savoir si et selon quelles modalités le principe de stabilité des plans est de nature à faire obstacle, suite à la modification de la planification communale lors de la première étape, aux modifications futures envisagées dans les deuxième et troisième étapes, ne pourra précisément être tranchée que dans le cadre des procédures relatives aux deuxième et troisième étapes. La cour de céans ne peut en l'état pas juger de la prétendue violation du principe de stabilité au regard de modifications futures de la planification, dont le contenu n'est pas encore connu. Présentement, c'est-à-dire en lien avec la première étape, il n'est pas contesté que les conditions d'une adaptation de la planification sont réunies, de sorte que le principe de stabilité ne saurait justifier l'annulation des modifications apportées à la planification communale.

Partant, le grief doit être rejeté.

6.                      a) Le recourant critique encore l'application à sa parcelle des critères de sélection des surfaces concernées par la première étape du redimensionnement. De son point de vue, elle n'en remplirait aucun, de sorte qu'elle n'aurait pas dû être incluse dans cette première étape.

b) En vertu de l'art. 2 al. 3 LAT, les autorités en charge de l'aménagement du territoire bénéficient d'une importante liberté d'appréciation dans l'accomplissement de leurs tâches et notamment dans leurs tâches de planification. Cette liberté d'appréciation n'est toutefois pas totale. L'autorité de planification doit en effet se conformer aux buts et aux principes d'aménagement du territoire tels qu'ils résultent de la Constitution (art. 75 Cst.) et de la loi (art. 1 et 3 LAT); elle doit également prendre en considération les exigences découlant de la législation fédérale sur la protection de l'environnement. Une appréciation correcte de ces principes implique une pesée globale de tous les intérêts en présence objectivement justifiable (art. 3 OAT) (ATF 129 II 63 consid. 3.1; 121 II 72 consid. 1d; arrêts TF 1C_98/2018 du 7 mars 2019 consid. 4.1 et TF 1C_279/2017 du 27 mars 2018 consid. 4.5 et TF 1C_378/2016 du 4 janvier 2017 consid. 3.2).

aa) La réduction des zones à bâtir surdimensionnées conformément à l'art. 15 al. 2 LAT relève d'un intérêt public important (ATF 144 II 41 consid. 5.2; arrêts TF 1C_67/2018 du 4 mars 2019 consid. 2.1 et TF 1C_77/2018 du 7 janvier 2019 consid. 3.1). Elle contribue à l'objectif poursuivi par la dernière révision de la LAT qui tend à éviter le mitage du territoire (arrêt TF 1C_341/2015 du 9 décembre 2015 consid. 5.2). Il s'agit toutefois d'une opération particulièrement complexe dans les communes où les réserves de terrain constructible sont disséminées dans tous les secteurs (arrêts AC.2018.0233 du 21 janvier 2019 consid. 2a et AC.2018.0001 du 23 novembre 2018 consid. 1e)aa). Dans ce cadre, le choix des parcelles concernées par le redimensionnement de la zone à bâtir relève dans une large mesure du pouvoir d'appréciation des autorités locales de planification (ATF 144 II 41 consid. 5.2 et en dernier lieu arrêt TF 1C_304/2018 du 18 juin 2019 consid. 3.1; arrêts AC.2018.0329 du 2 septembre 2019 consid. 2 et AC.2017.0408 du 24 avril 2019 consid. 3a). La décision d'exclure la parcelle de la zone à bâtir doit cependant reposer sur des critères objectifs (arrêt TF 1C_378/2016 précité consid. 3.7). En cas d'adaptation d'un plan, le propriétaire ne peut tirer de la garantie de la propriété un droit acquis au maintien du régime applicable à son bien-fonds (arrêts AC.2017.0406 du 24 avril 2019 consid. 7 et AC.2017.0408 du 24 avril 2019 consid. 6b; Thierry Tanquerel, Commentaire pratique LAT: Planifier l'affectation, Genève 2016, n. 56 ad art. 21 LAT).

bb) Par ailleurs, lorsqu'une parcelle est exclue d'une zone à bâtir surdimensionnée, le fait qu'elle soit déjà équipée n'est pas un élément pertinent (arrêts TF 1C_378/2016 du 4 janvier 2017 consid. 3.5 et TF 1C_54/2015 du 2 novembre 2015 consid. 4.2; arrêt AC.2017.0404 et AC.2017.0405 du 24 avril 2019 consid. 6c). De même, la possibilité d'une exploitation effective à des fins agricoles n'est pas déterminante. Un intérêt général au classement en zone agricole est en effet établi si, d'une part, le classement en zone à bâtir est exclu en vertu de l'art. 15 LAT, et si d'autre part un classement dans la zone à protéger au sens de l'art. 17 LAT, voire dans une autre zone inconstructible selon l'art. 18 LAT, ne s'impose pas (arrêt TF 1C_378/2016 du 4 janvier 2017 consid. 3.6).

cc) En application des mesures A11 et A12 du PDCn-3 un certain nombre de critères ont été arrêtés et détaillés dans la "Vision communale", ainsi que dans le rapport 47 OAT, afin de circonscrire les secteurs à traiter dans le cadre de la première étape du redimensionnement de la zone à bâtir communale. Les critères retenus – dont la pertinence et l'objectivité ne sont pas remises en question par le recourant – s'avèrent au surplus conformes aux critères énoncés dans la mesure A11 du PDCn-4, étant rappelé que les principes posés par le PDCn-4 en matière de délimitation des zones à bâtir sont directement applicables aux procédures pendantes (cf. arrêt AC.2018.0329 du 2 septembre 2019 consid. 3b). Il ne s'agit à l'évidence pas de critères stricts qui devraient impérativement être remplis de manière cumulative pour délimiter les secteurs concernés par la première étape. Au contraire, ces critères ont pour vocation de "localiser schématiquement" les régions situées hors du périmètre de centre et en marge du territoire urbanisé pour définir les secteurs qui doivent prioritairement être traitées dans le processus de redimensionnement de la zone à bâtir. Ce constat ressort au demeurant de l'explicatif des différents critères dans la "Vision communale", repris dans le rapport 47 OAT. A titre d'exemple, ces documents mentionnent, en lien avec le critère d, que les zones de danger élevé sont pour la plupart situées hors de la zone à bâtir et impactent donc peu les secteurs proposés. En d'autres termes, ce critère n'apparaît pertinent que pour une minorité des terrains concernés par la première étape du redimensionnement. Cela ne signifie cependant pas que tous les secteurs non menacés par des dangers naturels seraient exclus de la première étape du redimensionnement. Il en va de même du critère g, dont le descriptif précise qu'il ne sera utilisé que pour des analyses ponctuelles ou dans les prochaines étapes du redimensionnement. Les diverses formulations utilisées dans les descriptifs des autres critères sont également révélatrices (p. ex. secteurs "majoritairement localisés" [critère b]; secteurs "généralement situés en dehors des périmètres d'influence des arrêts du BVB" [critère c]; secteurs "a priori peu voire pas équipés" [critère f]; etc.). En définitive, c'est en usant du pouvoir d'appréciation qui leur est reconnu en ce domaine que les autorités planificatrices doivent apprécier les différents critères pour déterminer si un terrain doit, au regard de ses caractéristiques, être ou non exclu prioritairement de la zone à bâtir, soit dans le cadre de la première étape.

c) Présentement, les autorités intimées ont considéré que la parcelle no 785 répondait aux critères justifiant son exclusion partielle de la zone à bâtir dans le cadre de la première étape. Le recourant ne conteste pas l'existence d'un surdimensionnement de la zone à bâtir, ni les critères retenus pour définir les secteurs à traiter prioritairement. En revanche, il critique l'application de certains critères au cas d'espèce et l'appréciation des autorités intimées à cet égard, de sorte qu'il convient de les examiner tour à tour.

aa) Concernant le critère a, l’intéressé admet que sa parcelle se situe à l'extérieur du périmètre de centre. Il expose cependant qu'elle est construite et entourée de parcelles bâties à l'ouest et au nord. Elle ne serait ainsi pas située en marge de l'urbanisation.

Selon le rapport 47 OAT, le critère "a. terrains situés en marge de l'urbanisation / terrains présentant des qualités ou appartenant à une entité paysagère à préserver" couvre l'ensemble des secteurs situés en marge de l'urbanisation, la plupart non bâtis, voire très peu bâtis qui sont traversés ou attenants aux entités paysagères (forêts ou pâturages) identifiées comme majeures.

Si le recourant expose à raison que des constructions sont situées au nord et à l'ouest de sa parcelle, il n'en demeure pas moins que tel n'est pas le cas au sud et à l'est où se trouvent des surfaces boisées. La présence de constructions éparses ne remet pas en cause l'appréciation des autorités intimées qui considèrent que cette propriété se situe en marge du tissu bâti. Cela est d'autant plus vrai qu'elle est exclue du périmètre de centre et géographiquement éloignée du cœur historique du village et de la Barboleuse. En réalité, cette configuration représente un exemple typique de ce que la LAT entend combattre en imposant une utilisation mesurée du sol et la densification des centres plutôt que l'étalement urbain. En outre, si elle est certes bâtie, la parcelle du recourant ne l'est toutefois que très partiellement puisqu'elle supporte un chalet d'une emprise au sol de 51 m2. Au surplus, ce fait n'est pas pertinent puisque la partie sommitale de la parcelle sur laquelle est érigé le chalet n'a pas été incluse dans la première étape du redimensionnement et n'est ainsi pas concernée par la planification litigieuse. Enfin, une grande partie de la parcelle est d'ores et déjà recouverte de forêt rattachée à une grande entité forestière au sud et à l'est, répertoriée comme une pénétrante forestière structurante dans la "Vision communale" et le rapport 47 OAT.

Dans ces circonstances, c’est à bon droit que les autorités intimées ont retenu que la surface exclue de la zone à bâtir se trouve en marge de l’urbanisation, conformément au critère a.

bb) Concernant les critères b et c, le recourant souligne que la parcelle litigieuse borde la route de Solalex, sur laquelle se trouvent un parking public et un arrêt de bus à une distance comprise entre 100 et 150 m à l'est. En outre, la gare de la Barboleuse se trouverait à "quelques minutes à pied".

Ce constat n'est d'aucun secours au recourant, puisque le critère b intitulé "Terrains éloignés du centre et du réseau TI" couvre les secteurs qui ne sont pas directement desservis par la route cantonale et regroupe des parcelles majoritairement localisées en deuxième rang par rapport au réseau secondaire. Quant au critère c intitulé "Terrains présentant des difficultés d'accès TC", il englobe les secteurs situés en dehors des périmètres d'influence des arrêts de la ligne ferroviaire Bex-Villars-Bretaye et qui sont généralement desservis par un arrêt de bus (navette) en deuxième rang par rapport à la route.

En l'occurrence la route de Solalex est une route communale, et non pas cantonale, appartenant au réseau secondaire. Par ailleurs, s'il existe un parking public à proximité, il n'y a actuellement pas de place de stationnement sur la parcelle litigieuse, ce qui rend de facto son accès plus contraignant. S'agissant des transports publics, il a été constaté lors de l'inspection locale qu'il existe bien un arrêt de bus à proximité, soit à une distance de 100 à 150 m. Néanmoins, il s'agit d'un arrêt facultatif d'une ligne touristique ouverte quatre mois en hiver et trois mois en été. Il ressort par ailleurs des plans et du guichet cartographique que la gare de la Barboleuse se trouve à une distance conséquente, soit à plus de 1,5 km de la propriété du recourant. Il en résulte que les autorités intimées étaient fondées à retenir, sur la base des critères b et c, que la parcelle du recourant est éloignée du centre ainsi que du réseau de transport individuel et présente des difficultés d'accès par les transports publics.

cc) En lien avec le critère d, le recourant expose que sa parcelle ne serait pas située dans une zone de dangers naturels.

Contrairement à ce que suggère le recourant, les autorités intimées ont bien pris en compte ce fait. Le critère d concerne en effet les "Terrains couverts par la zone de danger élevé". Or, la zone de danger élevé est majoritairement située, selon la "Vision communale" et le rapport 47 OAT, hors de la zone à bâtir, de sorte que ce critère impacte peu les secteurs visés par la première étape.

Il en va ainsi de la parcelle du recourant qui n'est que partiellement soumise à un risque d'inondations faible à moyen. Ce seul fait ne permet toutefois pas de conclure que la parcelle du recourant devrait être exclue de la première étape (cf. consid. 6d ci-dessous).

dd) S'agissant de l'équipement de la parcelle, soit le critère f, l'intéressé expose que les autorités intimées se seraient basées sur des informations datant de 2003 et donc obsolètes. Sur cette base, c'est à tort qu'elles auraient retenu que la parcelle ne serait pas équipée, alors qu'elle serait connectée au réseau électrique, ainsi qu'aux réseaux d'eaux claires et usées. Il convient de traiter en parallèle un autre grief du recourant, à savoir le fait que sa parcelle ne se prêterait pas à une exploitation agricole de sorte que le choix de la restituer à la zone agricole serait arbitraire.

Comme déjà mentionné (cf. consid. 6b/bb ci-dessus) en cas d'exclusion de la zone à bâtir d'une parcelle constructible pour des motifs de surdimensionnement, la possibilité d'une exploitation effective à des fins agricoles n'est pas déterminante. De même, le fait que la parcelle soit équipée n'est pas déterminant.

En l'espèce, c'est à tort que l'autorité communale a retenu que la parcelle du recourant n'était pas équipée puisqu'il ressort du dossier et du guichet cartographique communal qu'elle borde la route de Solalex et qu'elle est alimentée en énergie et connectée aux réseaux d'eaux claires et usées. Sur la base des jurisprudences rappelées ci-dessus, cette erreur ne justifie cependant pas le maintien de la parcelle en zone à bâtir, pas plus que le caractère éventuellement inopportun de son affectation agricole. Cela est d'autant plus vrai que le surdimensionnement est tel qu'il ne sera manifestement pas possible d'y remédier en excluant de la zone à bâtir les seules parcelles non équipées ou qui se prêteraient à une exploitation agricole.

d) En définitive, il apparaît que la délimitation des secteurs visés par la première étape, dont la parcelle du recourant fait partiellement partie, repose sur une liste de critères objectifs. Quant aux surfaces du recourant concernées par cette première étape, elles ne remplissent certes pas tous les critères précités, ce qui n'est toutefois pas nécessaire pour justifier l'exclusion d'une surface de la zone à bâtir. En réalité, l'utilisation de ces différents critères doit permettre de délimiter objectivement les secteurs visés par la première étape et de garantir une planification appropriée (arrêts précités TF 1C_378/2016 consid. 3.7 et 1C_54/2015 consid. 4.5 et ajouter références du début). Or, les considérants qui précèdent démontrent que les surfaces de la parcelle concernée sont situées hors du périmètre de centre et en marge du tissu bâti. Elles sont adjacentes à une aire forestière conséquente qui s'étend jusque sur la parcelle du recourant, ce qui restreint d'ailleurs les possibilités de construire. Accessible par le réseau routier secondaire, elle est mal desservie en transports publics. Bien qu'elle soit équipée et que son exploitation agricole puisse être malaisée, c'est par conséquent à bon droit que les autorités ont considéré que les surfaces litigieuses devaient entrer dans la première étape du redimensionnement.

La planification étant objectivement soutenable et appropriée, les griefs relatifs à l'application des critères de délimitation doivent être rejetés.

7.                      a) A plusieurs reprises, le recourant invoque une violation de la garantie de propriété sans toutefois y consacrer une motivation distincte et détaillée.

b) L'affectation d'une parcelle précédemment constructible à une zone pratiquement inconstructible représente une restriction à la garantie de la propriété, qui n'est conforme à l'art. 26 Cst. que si elle repose sur une base légale, se justifie par un intérêt public suffisant et respecte le principe de la proportionnalité (art. 36 Cst.), étant rappelé qu'un propriétaire ne peut tirer de la garantie de la propriété un droit acquis au maintien du régime applicable à son bien-fonds (Thierry Tanquerel, Commentaire pratique LAT: Planifier l'affectation, Genève 2016, n. 56 ad art. 21 LAT).

Récemment encore, le Tribunal fédéral a jugé (arrêt TF 1C_344/2018 du 14 mars 2019 consid. 3 et les références citées) que l'art. 15 al. 2 LAT constitue une base légale pertinente pour justifier l'exclusion de la zone à bâtir d'une parcelle excentrée partiellement recouverte de forêt, de même qu'une disposition cantonale imposant une distance à la lisière forestière (tel l'art. 27 de la loi forestière du 8 mai 2012 [LVLFO; BLV 921.01]). A cette occasion, il a également rappelé que la réduction d'une zone à bâtir surdimensionnée répond à un intérêt public important: l'utilisation mesurée du sol (art. 1 al. 1 LAT). Enfin, il a jugé que le principe de proportionnalité exige qu'une mesure restrictive soit apte à produire les résultats escomptés (règle de l'aptitude) et que ceux-ci ne puissent être atteints par une mesure moins incisive (règle de la nécessité); en outre, il interdit toute limitation allant au-delà du but visé et il exige un rapport raisonnable entre celui-ci et les intérêts publics ou privés compromis (principe de la proportionnalité au sens étroit, impliquant une pesée des intérêts).

c) En l'espèce, l'exclusion partielle de la parcelle du recourant de la zone à bâtir repose sur le redimensionnement de cette dernière au niveau communal, conformément à l'art. 15 al. 2 LAT. Au vrai, la parcelle est déjà largement inconstructible en raison de la présence de forêt. Dans ces conditions, les décisions entreprises reposent sur deux bases légales pertinentes. Elles sont de plus sous-tendues par les intérêts publics importants que constituent le redimensionnement des zones à bâtir et l'utilisation mesurée du sol. L'exclusion, à ce stade partielle, de la parcelle du recourant de la zone à bâtir est apte à contribuer au redimensionnement de la zone et la cour ne discerne pas quelle autre mesure moins incisive pourrait s'avérer adéquate. Enfin et surtout, il ressort des développements déjà exposés (cf. consid. 6 ci-dessus) que les autorités intimées ont exposé de manière convaincante les motifs pour lesquels les intérêts publics en cause devaient l'emporter sur l'intérêt du recourant au maintien de son terrain en zone à bâtir.

Le grief doit être rejeté.

8.                      Dans un dernier grief, le recourant s'en prend à la méthode automatique de détermination des réserves qu'il qualifie d'"hautement discutable" en raison de son caractère arithmétique et schématique. Selon lui, elle s'avèrerait de plus contraire aux principes de l'aménagement du territoire puisqu'elle conduirait, dans le cadre de la deuxième étape, à réduire le potentiel constructible de certains secteurs ce qui aurait pour conséquence d'aggraver le mitage du territoire contre lequel la LAT entend précisément lutter.

S'il conteste la méthode de calcul, le recourant ne remet toutefois pas en question le surdimensionnement conséquent de la commune de Gryon – au demeurant déjà constatée par la cour de céans (arrêt AC.2016.0178 du 30 août 2017 consid. 3a) – et la nécessité d'y remédier en application de l'art. 15 al. 2 LAT. Selon les informations au dossier et les déclarations lors de l'inspection locale, c'est plus de 90% de la zone à bâtir qui devra être réduite. Quant aux critiques relatives aux mesures envisagées dans la deuxième étape, elles s'avèrent prématurées puisque le présent litige est circonscrit aux mesures de la première étape. Dans ces circonstances, la cour ne discerne pas, et le recourant n'explique pas, en quoi le caractère prétendument discutable de la méthode utilisée serait à même de conduire au maintien de sa parcelle en zone à bâtir eu égard à l'importance du surdimensionnement en cause.

Partant, le grief doit être rejeté.

9.                      Il résulte des considérants qui précèdent que la modification des PEC et PEP, singulièrement l'exclusion partielle de la parcelle du recourant de la zone à bâtir, résulte d'une pesée des intérêts appropriée et s'avère conforme au droit.

10.                   Mal fondé, le recours est rejeté et les décisions entreprises confirmées. Succombant, le recourant supportera les frais de justice. Les autorités intimées n'ayant pas procédé par l'entremise d'un mandataire professionnel, elles n'ont pas droit à des dépens (art. 49 al. 1, 55, 91 et 99 LPA-VD).

 

Par ces motifs
la Cour de droit administratif et public
du Tribunal cantonal
arrête:

I.                       Le recours est rejeté.

II.                      La décision du Conseil communal de Gryon du 31 octobre 2016 adoptant la modification du plan d'extension communal et du plan d'extension partiel "Les Verneys" et la décision du Département du territoire et de l'environnement du 9 janvier 2018 approuvant préalablement cette modification sont confirmées.

III.                    Un émolument judiciaire de 3'000 (trois mille) francs est mis à la charge de A.________.

IV.                    Il n'est pas alloué de dépens.

Lausanne, le 15 novembre 2019

 

Le président:                                                                                             Le greffier:


                                                                                                                 

Le présent arrêt est communiqué aux destinataires de l'avis d'envoi ci-joint, ainsi qu'à l'OFDT/ARE.

Il peut faire l'objet, dans les trente jours suivant sa notification, d'un recours au Tribunal fédéral (Tribunal fédéral suisse, 1000 Lausanne 14). Le recours en matière de droit public s'exerce aux conditions des articles 82 ss de la loi du 17 juin 2005 sur le Tribunal fédéral (LTF - RS 173.110), le recours constitutionnel subsidiaire à celles des articles 113 ss LTF. Le mémoire de recours doit être rédigé dans une langue officielle, indiquer les conclusions, les motifs et les moyens de preuve, et être signé. Les motifs doivent exposer succinctement en quoi l’acte attaqué viole le droit. Les pièces invoquées comme moyens de preuve doivent être jointes au mémoire, pour autant qu’elles soient en mains de la partie; il en va de même de la décision attaquée.